Notre histoire - Leo Van Dongen

31 brillantes années de service résumées en un seul personnage

L’ancien Directeur Général de Raptim a beaucoup de belles histoires à raconter

Leo Van Dongen, ancien Directeur Général de Raptim aux Pays-Bas, a récemment pris sa retraite. Il a commencé à travailler pour Raptim en 1982 est resté avec nous jusqu’à l’âge de la retraite en 2013, totalisant ainsi 31 brillantes années de service.

On peut dire que Leo incarne notre mémoire institutionnelle, du moins pour le versant hollandais de l’histoire de Raptim. Bien qu’il n’y était pas personnellement, il a de belles histoires à raconter sur les premières années de Raptim. C’est pour ça qu’on adore bavarder avec lui.

“Avant les avions ne pouvaient voler que pendant la journée et devaient obligatoirement se poser le soir pour passer la nuit au sol."”

A titre exemple, les tous premiers vols charters de Raptim mettaient 10 jours pour faire l’aller-retour en Afrique. "On a du mal à l’imaginer aujourd'hui mais à l’époque, les avions ne disposaient pas d’informations radars. Ils ne pouvaient donc voler que pendant la journée et devaient se poser le soir afin de passer la nuit au sol en sécurité " raconte-t-il.

Ces vols décollaient d'Amsterdam et se posaient à Rome, pour que ses occupants fassent une visite au Pape avant de poursuivre leur périple. Sa Sainteté bénissait les passagers, tous des missionnaires chrétiens à l’époque, et leur souhaitait un voyage sans encombres ainsi que tous ses vœux de réussite pour leur destination finale.

"En vol vers l'Afrique, des querelles survenaient toujours à bord pour savoir à quel moment célébrer la messe" raconte Leo. "Traverser des fuseaux horaires perturbait la façon de déterminer son heure exacte et les passagers avaient beaucoup de mal à se mettre d’accord".

"Histoire de compliquer encore plus les choses, les passagers devaient ni boire, ni manger depuis minuit la veille pour assister à la messe… En raison du fuseau différent du lieu de départ, ils étaient complètement désarmés pour gérer cette situation de façon rationnelle" nous raconte Léo.

Léo se sent privilégié d'avoir pu professionnellement contribuer à rendre le monde meilleur. "Raptim offre des solutions de voyage économiques et confortables à une catégorie unique de voyageurs. Je suis heureux d’avoir pu y contribuer" dit-il avec fierté. "Quand je lisais dans le journal du soir qu’un stock de vivres d’urgence était arrivé dans une région dévastée, je me disais, Léo, ce sont tes passagers."

Top